Cote des vins : comment estimer la valeur d’une bouteille ?

Si les voitures peuvent compter sur l’Argus pour estimer leur valeur, l’estimation de la valeur d’une bouteille de vin peut paraître plus délicate. Pourtant, la cote d’un vin est tout à fait possible à déterminer quand on connaît son millésime, sa provenance, sa classification et d’autres éléments qui font l’identité d’une bouteille. Sur cette base, certains guides donnent des estimations, mais le mieux reste de maîtriser les bases pour comprendre les prix d’une bouteille.

L’origine géographique du vin

L’origine géographique d’un vin est sans doute l’un des éléments les plus importants pour déterminer le prix d’une bouteille. Un Bordeaux ou un Côte-du-Rhône ne s’estiment pas du tout de la même manière, parce qu’ils répondent à des exigences et des méthodes de fabrication différentes. Par ailleurs, les spécialistes s’accordent généralement à dire que le terroir d’origine d’un vin est l’équivalent de son ADN.

Ensuite, dans l’origine géographique, il y a également la question du domaine dont il est issu. Dans la région de Bordeaux (qui compte parmi les vins les plus prestigieux du pays), tous les vins ne se valent pas. Certains domaines jouissent d’une réputation séculaire bien meilleure que leurs voisins.

Depuis 2009, pour faciliter la transparence quant à l’origine géographique d’un vin, les labels AOP (Appellation d’origine contrôlée) et IGP (Indication géographique protégée) ont été inventés. Ils ont également permis à certaines bouteilles de prendre de la valeur en se détachant de la concurrence.

Le millésime

Le millésime d’un vin, soit l’année de sa production, a également un impact très important sur son prix. D’abord, parce que les conditions météorologiques varient d’une année à l’autre et tous les millésimes ne se valent donc pas.

Ensuite, tous les vins ne vieillissent pas de la même manière. Certains vins doivent se boire jeunes. Résultat, ils auront tendance à perdre de la valeur avec le temps. À l’inverse, certains vins doivent vieillir en bouteille de longues années. Leur millésime devient donc une part importante de leur valeur.

Enfin, le millésime est également un élément important parce qu’il participe au fonctionnement particulier du marché du vin. C’est une donnée facile à comprendre et à communiquer. Il est également facile de connaître et retenir les bons millésimes. Ainsi, il sert très souvent de point de repère aux professionnels comme aux profanes.

Le poids des labels

Depuis quelques années, de nouveaux venus dans le monde du vin ont fait leur apparition : les labels. Parmi les labels qui connaissent le plus de succès, il y a évidemment ceux qui concernent les vins biologiques. Ces vins sont généralement plus chers parce que l’utilisation de produits chimiques dans les autres vins permet de diminuer leur coût de production.

Résultat, un label peut avoir un impact important sur le prix d’une bouteille. D’autant plus que les labels sont nombreux et qu’ils ne sont pas tous aussi exigeants. Il est donc parfois un peu difficile de s’y retrouver, mais les amateurs et les professionnels du secteur sont bien obligés de s’y adapter.

Enfin, il y a également l’apparition récente du label « Vignerons indépendants » qui assure au consommateur d’acheter le vin d’un petit domaine indépendant. Le prix est souvent un peu plus élevé également.

Une valeur impossible à estimer précisément

Estimer la valeur d’une bouteille n’est donc pas une mince affaire et il faut fuir tous ceux qui vous promettent qu’ils peuvent le faire avec exactitude. La valeur d’une bouteille n’est jamais fixe et leur cote peut parfois changer pour des raisons totalement étrangères au monde du vin qui rendraient une bouteille unique ou rare.

La bonne nouvelle, c’est que cela rend tout à fait accessible à n’importe qui de se renseigner sur les fourchettes de prix pratiqués à un instant précis pour s’assurer qu’il ne paye pas sa bouteille beaucoup plus chère que nécessaire.